Les experts des droits de l’ONU insistent sur une plus grande protection des réfugiés LGBTI

Genève (1er juillet 2019) – Les États et les autres acteurs impliqués dans la protection des réfugiés doivent reconnaître la vulnérabilité spécifique et les besoins particuliers des réfugiés et demandeurs d’asile lesbiennes, gays, bisexuels, trans, intersexués et de genre non conforme (LGBTI), a déclaré aujourd’hui Victor Madrigal- Borloz, expert indépendant des Nations Unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et Volker Türk, haut-commissaire adjoint du HCR pour la protection. “Pour de nombreuses personnes LGBTI, le traumatisme et la persécution commencent bien avant leur véritable fuite vers la sécurité“, a déclaré l’expert indépendant. “La persécution se manifeste souvent par des lois qui criminalisent l’orientation sexuelle, l’identité ou l’expression de genre ou qui sont discriminatoires.” Il a déclaré que les personnes LGBTI sont également soumises à des niveaux disproportionnés de détention arbitraire, d’abus par la police, de violence et d’exécutions extrajudiciaires par l’État et la population, d’atteintes à la santé, y compris la stérilisation forcée et les soi-disant « théories réparatrices ». Leur droit à la liberté d’expression, de réunion et d’association est souvent restreint de manière injustifiée. “Malheureusement, le voyage vers la sécurité peut être particulièrement dangereux pour de nombreux réfugiés LGBTI qui continuent de subir des préjugés et des violences dans les pays de transit ou d’accueil”, a déclaré Türk. Le premier élément de protection est l’accès à l’asile, a déclaré l’expert de l’ONU. Il est impératif que les pays veillent à ce qu’une crainte fondée de persécution sur la base de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre, de l’expression de genre et/ou des caractéristiques sexuelles soit acceptée comme base pour la reconnaissance du statut de réfugié. Actuellement, 37 États accordent l’asile aux individus sur cette base, mais la plupart des pays qui jugent l’asile ne le font pas, de manière injustifiée. Les pays devraient prendre des mesures qui ciblent la violence à laquelle sont confrontés les demandeurs d’asile et les réfugiés LGBTI, en incorporant également des mesures sensibles aux LGBTI dans les procédures d’asile. “Les fonctionnaires impliqués dans le processus de détermination du statut de réfugié et la gestion des conditions d’accueil doivent suivre une formation sensible et culturellement appropriée sur l’orientation sexuelle, l’orientation de genre et les caractéristiques sexuelles”, a déclaré Türk. Cela devrait inclure des évaluations individuelles qui tiennent compte des besoins de protection des personnes LGBTI et des techniques d’entretien et d’évaluation qui respectent la dignité et la vie privée des demandeurs d’asile et qui sont établies de manière objective et sensible, et non sur la base de préjugés stéréotypés ou culturels. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir que ceux qui fournissent protection et assistance disposent des connaissances et de la formation nécessaires pour prévenir et répondre à de tels incidents afin d’éviter l’exclusion. Une évaluation des besoins de protection de chaque individu, pendant le transit, dès son arrivée dans le pays de destination, ainsi que dans l’accès à des situations de logement adéquates avec des installations de santé adéquates, particulièrement important pour les personnes LGBTI, compte tenu de leur risque d’être soumis à harcèlement, abus et violence dans les centres d’accueil, les abris collectifs et les camps. “L’accès aux soins sensibles aux LGBTI et aux services de droits reproductifs est particulièrement difficile pour les réfugiés LGBTI à toutes les étapes et à tous les moments de leur voyage”, a déclaré Madrigal-Borloz. Par exemple, l’interruption des traitements hormonaux ou d’autres traitements liés à la transition sexuelle peut être particulièrement nocive ou conduire à une automédication à risque. Türk a déclaré que même dans les endroits où les réfugiés LGBTI sont mieux acceptés et où les services sont plus accessibles, beaucoup choisissent de cacher leur orientation sexuelle et leur identité de genre par peur d’être ciblés ou marginalisés, en particulier dans les zones à forte population. Il est donc essentiel de créer des services et des espaces sûrs conçus en communion avec les personnes LGBTI et leurs organisations. “Il est temps de reconnaître les besoins spécifiques des demandeurs d’asile et réfugiés LGBTI et de leur apporter la protection dont ils ont besoin”, ont conclu les deux experts. Victor Madrigal-Borloz (Costa Rica) a assumé le rôle d’expert indépendant des Nations Unies sur la protection contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre pour une période de trois ans à compter du 1er janvier 2018. Jusqu’au 30 juin 2019, il a occupé le poste de secrétaire général. pour le Conseil international pour la réhabilitation des victimes de la torture (IRCT), un réseau national de plus de 150 centres de réhabilitation visant à la pleine jouissance des droits de réhabilitation pour toutes les victimes de torture et de mauvais traitements. Membre du Sous-comité des Nations Unies pour la prévention de la torture de 2013 à 2016, Madrigal-Borloz a été rapporteur des représailles et a supervisé l’élaboration de politiques concernant la torture et les mauvais traitements des personnes LGBTI. M. Volker Türk(Autriche) est le Haut-Commissaire assistant du HCR pour la protection, a précédemment été directeur de la division de la protection internationale de septembre 2009 à février 2015 et directeur du développement et de la gestion organisationnels d’avril 2008 à septembre 2009 à Genève. De 1991 à mars 2008, il a occupé divers postes dans différentes parties du monde, notamment en Malaisie, au Kosovo (S/RES/1244 (1999)), en Bosnie-Herzégovine, en République démocratique du Congo et au Koweït. De 2000 à 2004, il a été chef de la Section de la politique de protection et des conseils juridiques au siège du HCR à Genève. Avant cette période au HCR, Türk a travaillé comme assistant universitaire à l’Institut de droit international de l’Université de Vienne (Autriche), où il a rédigé sa thèse de doctorat sur le HCR et son mandat (publiée en 1992). De 1985 à 1988, il a été chercheur assistant à l’Institut de droit pénal de l’Université de Linz (Autriche). Il a publié de nombreux articles sur le droit international des réfugiés et des droits de l’homme. Google Translate