Vous avez, comme beaucoup et moi inclus, adoré le film de Pedro ALMODOVAR : «Tout Sur Ma Mère» (Todo Sobre Mi Madre – 1999). Comédie dramatique qui est sans doute l’un des meilleurs sinon le meilleur film du metteur en scène espagnol, acclamé par la critique dans le monde entier, et distingué par une pluie de récompenses, entre autres, sept Goyas (les Césars espagnols), un César et un Oscar.
 todo sobre mi madre
Affiche todo sobre mi madre
Les hauts et les bas d’un groupe de copines, entre Madrid et surtout Barcelone, déchirées chacunes à leur façon, se débattant pour survivre moralement ou physiquement, quand ce n’est pas les deux, au milieu des vies cabossées, on se promène dans le Barcelone nocturne et endiablé des prostituées, des travestis ou d’un microcosme artistique parfois cocasse, entre quelques rires et beaucoup de larmes. Le film est aussi une magnifique carte postale de Barcelone ; je vous propose de revisiter les lieux du tournage, voire même pourquoi pas, de vous rendre sur place, à la recherche des ombres et des parfums de Manuela, Huma, Agrado, Maria Rosa et Lola… (les numéros entre parenthèses renvoient à leur localisation sur le plan à la suitre de l’article) Suite à la mort accidentelle de son fils Esteban, Manuela décide de retourner à Barcelone pour retrouver le père d’Esteban, son taxi fait un tour dans la ville de nuit et passe notamment devant deux monuments emblématiques : Le monument à Christophe Colomb, situé à l’entrée des Ramblas près du port (1) la Sagrada Familia, cathédrale néo-gothique mondialement connue, œuvre de l’architecte catalan Antoni Gaudi. (2) Le père d’Esteban est un travesti fréquentant les milieux et zones de prostitution, Manuela y retrouve une vieille amie, travesti, Agrado, qui l’emmène chez elle, l’appartement est situé juste en face du Palais de la Musique Catalane (Palau de La Musica Catalana). (3) Manuela et Agrado continuent de chercher Esteban ensemble, elles se rendent vers un centre d’aide sociale en marchant dans une rue, elles passent devant la Casa del Gremi dels Velers – Plaça de Lluís Millet.(4) Maria Rosa, une jeune assistante sociale, se lie d’amitié avec les deux femmes, et décide de présenter Manuela à ses parents comme aide ménagère. L’appartement des parents est Las Cases Ramos, Plaça de Lesseps.(5) Manuela ne retrouvant pas son ex mari, devient nostalgique et décide d’assister à une pièce qu’elle a joué avec lui étant jeune, Un Tramway Nommé Désir, le théâtre est le Tivoli, situé Carrer de Casp. (6) Elle y rencontre la comédienne principale Huma, alors que l’amante de celle-ci, lesbienne, s’est enfuie au milieu de la nuit, elles partent toutes deux à sa recherche dans un quartier fréquenté par des jeunes paumés ou drogués, Carrer de les Caputxes. (7) Manuela et Maria Rosa marchent en ville, celle-ci est prise d’un malaise devant une petite fontaine, située Carrer de l’Allada-Vermelle. (8) Manuela emmène Maria Rosa souffrante à l’Hospital del Mar, Passeig Maritim 25-29. (9) Maria Rosa est enceinte et atteinte du VIH, très affaiblie, elle passe en taxi pour la dernière fois devant le petit parc où son père amnésique promène son chien sans la reconnaître, Plaça del Duc de Medinaceli, (10) Maria Rosa est décédée et enterrée au cimetière de Montjuic, Carrer Mare de Deu del Port, tous les héros se retrouvent autour de Manuela, ainsi qu’enfin, le père de son fils Esteban.(11) Quelque temps après l’enterrement, Manuela retrouve Esteban père dans un café pour lui présenter le bébé que Maria Rosa a laissé avant de mourir et dont il est le père, le café est dans la Carrer de Ample, ( je n’ai pas réussi à le localiser avec précision ). Si ces endroits vous ont plu ou vous ont touché, et vous donnent envie de partir sur les traces de nos héroïnes, vous pouvez consulter la page sur Barcelone, avec toutes les infos sur la vie gay et quelques suggestions d’hôtels bien placés… Voir l’article    

Laisser un commentaire